MOBILITÉ AUX ÉTATS UNIS - 1

Publié le 4 décembre 2023 Mis à jour le 4 décembre 2023

TÉMOIGNAGE

  • Pourquoi avez-vous choisi de partir à l’étranger, et pourquoi avez-vous choisi cette destination ? 

J'ai choisi de partir à l'étranger en raison de l'opportunité, présentée par Madame la professeure Florence Crouzatier-Durand (Co-déléguée Relations internationales), de participer au programme d’échange proposé par notre université (Campus Trotabas).
J’ai choisi l’échange avec Columbia Law School tout simplement parce que Columbia est membre de ce qu’on appelle la « Ivy League ». La « Ivy League » est un groupe des huit plus anciennes et plus prestigieuses universités des Etats-Unis. Le terme « Ivy League » est synonyme d'excellence universitaire et de grande sélectivité. Parmi ses anciens étudiants Columbia peut recenser les présidents Theodore Roosevelt et Franklin D. Roosevelt, et de nombreux membres de la Cour Supreme. C’est donc sans hésitation et avec grande motivation que j’ai tout fait pour y aller !

LÉAH GROSS
 
Mobilité à Columbia Law School, État unis  (Summer school 2023)
 
 
  • Qu’est-ce que l’US. Business Law Academy?

C’est un programme d’un mois comportant 4 modules (Introduction to U.S. Legal Institutions, US Corporate Law in an International Perspective, Introduction to Negocation, Deals : The Law and Economics of Transactions) offrant un aperçu des pratiques juridiques américaines dispensés par les plus éminents chercheurs affiliés à la Columbia Law School et autres institutions de renommée mondiale. Ce programme reçoit une centaine d’étudiants de plus de 25 pays différents.
Ce programme s’adresse aux étudiants en droit mais aussi aux professionnels du droit (avocats, juges, juristes…).
 

  • Quelles sont les conditions pour obtenir la certification de participation ?

Les « Summer School » ne sont pas des « vacances ». Ces universités d'été sont des programmes éducatifs dispensés pour permettre aux étudiants d'approfondir leurs connaissances et d'acquérir de nouvelles compétences.
A la « Summer School » de Columbia :
•    Les participants sont tenus d'assister à tous les cours à défaut de quoi ils ne se verront pas attribuer la certification de Columbia.
•    Une préparation et des travaux sont attendus de la part de chaque étudiant.
•    Les étudiants sont interrogés chaque jour aléatoirement.
•    Un travail rigoureux est attendu.
 

  • Comment s’est déroulée votre intégration au sein de l’université partenaire (évènement d’accueil, services pour les étudiants étrangers, tutorat, …) ?

L'intégration s'est très bien déroulée.
Nous avons été accueillis le premier jour par Adam Kolker (Doyen et directeur exécutif des Programmes de droit international et comparé), Theresa Kaiser (Directrice de l’exécutif international), John Tarbet (Directeur associé aux programmes internationaux) et Nancy Elsamanoudi (Coordonnatrice de programme), qui nous ont présenté le programme et organisé une visite du campus.
Nous étions logés dans le campus, dans des chambres de qualité munie de kitchenettes.
Columbia nous a organisé plusieurs événements d’intégration afin que tous les étudiants puissent se rencontrer et échanger. De plus, les organisateurs se sont montrés très disponibles et à l’écoute de la moindre de nos questions.
 

  • Quel était votre niveau dans la langue d’enseignement lorsque vous êtes arrivé ? Avez-vous progressé ?

Mon expérience à l'étranger m'a véritablement transformé sur le plan linguistique. Au début, ma maîtrise de la langue d'enseignement était basique et véritablement très scolaire, mais avec le temps et l'immersion totale dans un environnement anglophone, j'ai progressé de manière significative. J'ai acquis une aisance à l'oral et à l’écrit en anglais.
 

  • S’agissait-il de votre première fois dans ce pays ? Qu’avez-vous pensé de la vie sur place ?

Ce n'était pas ma première fois dans ce pays, car j'avais eu la chance de m'y rendre une fois lorsque j'étais très jeune.
La vie sur place est très différente de la nôtre, notamment en ce qui concerne les mentalités. Les new-yorkais sont très positifs et très amicaux. Les distances sont énormes, tout y est en plus grand, c’est très impressionnant !
Toutefois, même si on a tous en tête le « rêve américain », on réalise très vite que la vie est très chère, les étudiants s’endettent sur des dizaines d’années pour payer les frais de scolarité alors que nous avons la chance en France de bénéficier de l’enseignement universitaire et des soins de santé gratuitement.

  • Avez-vous observé des différences entre l’enseignement supérieur français et l’enseignement supérieur du pays d’accueil ?

Les différences entre l'enseignement supérieur français et celui du pays d'accueil étaient frappantes. Les méthodes pédagogiques étaient plus interactives, encourageant la participation active des étudiants. De plus, le système d'évaluation reposait souvent sur des travaux de groupe, des présentations et des discussions en classe, ce qui changeait radicalement de l'approche plus traditionnelle en France. Une chose très étonnante est que les étudiants notent les professeurs à la fin des enseignements.
 

  • Quels ont été les apports de cette mobilité sur votre projet académique et/ou professionnel ?
    Sur le plan personnel ?

Sur le plan personnel, cette expérience m’a permis d’acquérir une plus grande autonomie et a renforcé ma confiance en moi.
Sur le plan professionnel c’est toujours un atout de pouvoir dire que l'on a étudié à l'étranger, surtout lorsque l'on a la chance de partir dans une "Ivy League".
Ce programme m’a aussi permis de rencontrer des étudiants venant des cinq continents ce qui a été très bénéfique pour mon ouverture d’esprit.
Enfin ce programme m’a permis d’apprécier les différences entre le système juridique français et le droit américain.
 

  • Quels conseils donneriez-vous aux autres étudiants et étudiantes de Nice intéressé.e.s par la même mobilité que vous ? Comment avez-vous organisé votre mobilité ? 

Mon conseil principal aux étudiants de Nice intéressés par une mobilité à l'étranger serait de se rapprocher du service des relations internationales de la Faculté qui est très à l’écoute et surtout de commencer les démarches administratives le plus tôt possible car elles sont très fastidieuses.
 

  • Quel est votre meilleur souvenir ?

Mon meilleur souvenir a été la croisière organisée par le programme. Cap sur la statue de la Liberté ! Fierté particulière pour moi à ce moment-là car la statue de la Liberté est un cadeau des Français aux Américains, commémorant l'alliance des deux pays au cours de la Révolution américaine, est, depuis lors, devenue un symbole de liberté, de justice et de démocratie, mais aussi un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Enfin je souhaiterais remercier Madame la professeure Florence Crouzatier-Durand, ainsi que Monsieur le Doyen Xavier Latour qui m’ont donné l’opportunité de participer à cette expérience, enrichissante et inoubliable.

Propos recueillis en septembre 2023 par Maria ALVAREZ, responsable du service des relations internationales de la Faculté de droit et science politique.