Mobilité en Irlande - 5

Publié le 28 juin 2024 Mis à jour le 11 juillet 2024
Date(s)

le 5 juillet 2024

Témoignage d'Elisa Amaddeo Balleroy, étudiante partie en mobilité en Irlande.

  • Pourquoi avez-vous choisi de partir à l’étranger, et pourquoi avez-vous choisi cette destination ? 

Je suis depuis toujours très attirée par les programmes d’études à l’étranger, je veux notamment travailler à l’international et être baignée dans la culture et la langue, est le meilleur moyen de mon point de vue pour progresser dans la langue et mieux comprendre les systèmes (juridiques en l’occurrence). J’ai choisi l’Irlande notamment pour l’anglais, mais également pour la réputation de l’école “University College Dublin” qui en plus de proposer des cours d’une grande qualité, propose de nombreuses activités extra-scolaires, est très internationalisée un critère assez rassurant quand on part seule à l’étranger. De plus partir à l’étranger est une occasion idéale pour découvrir un pays et la réputation accueillante des Irlandais, des paysages naturels uniques m’ont également conforté dans mon choix.

ELISA AMADDEO BALLEROY

Mobilité  à Dublin, University College, Irlande (septembre 2023 à mai 2024)
 
 
  • Comment s’est déroulée votre intégration au sein de l’université partenaire (évènement d’accueil, services pour les étudiants étrangers, tutorat, …) ? 

L’Université est très organisée pour les étudiants étrangers et propose une semaine entière d’intégration avec des ateliers, des visites guidées du campus, des réunions, et même des mises en relation d’étudiants par petits groupes. De plus l’équipe ResLife est disponible sur le campus 24h sur 24 les étudiants qui y travaillent sont très accommodants et prennent toujours le temps même si votre anglais est un peu confus. Les équipes administratives de la fac sont également très disponibles et arrangeantes. Les professeurs sont très disponibles, répondent aux questions.
Il existe également les sociétés et les clubs de sport qui permettent de se rapprocher des étudiants avec les mêmes centres d’intérêt, j’ai notamment pu aller au cinéma 3 fois par semaine avec popcorn et boisson offerte pour 2€ l’année. J’ai également participé à des débats et des procès fictifs. Les sociétés proposent souvent des apéritifs ou des petits déjeuners gratuits 2 ou 3 fois dans la semaine pour se retrouver et discuter. Il est très facile de s’intégrer et de trouver des activités en rapport avec vos centres d’intérêt.
 

  • Quel était votre niveau dans la langue d’enseignement lorsque vous êtes arrivé ? Avez-vous progressé ? 

Mon niveau d’anglais parlé était assez acceptable mais les progrès que j’ai pu faire ont été très important, le fait de suivre des cours en anglais, mais également de vivre avec des étrangers et que chaque interaction quotidienne doit se faire dans la langue. La langue vient facilement il ne faut pas s’en faire, les cours peuvent être très compliqué à suivre au début mais avec de la patience tout devient plus facile et fluide.
​​​​​

  • S’agissait-il de votre première fois dans ce pays ? Qu’avez-vous pensé de la vie sur place ? 

C’était la première fois que j’allais en Irlande, j’ai adoré ce pays, la vie est très chère notamment quand on est étudiant mais les paysages sont magnifiques et les locaux très accueillants. Dublin est une ville très internationale il est très facile de rencontrer des personnes des quatre coins du monde et un climat assez sécurisant règne dans la ville, rentrer à pied même seul n’a jamais été un problème. Il est très facile de se déplacer dans le pays en transport en commun, notamment pour Galway, Sligo, et le Connemara à 2h de route en bus, Belfast en train, ou encore Édimbourg et Londres en avion pour pas très cher.
Le temps fidèle à sa réputation est très humide, pluvieux et il y a souvent des grandes rafales de vent mais on s’y habitue vite et l’avantage c’est que la vie ne s’arrête pas à la moindre tempête. Le manque de soleil peut parfois jouer un peu sur le moral mais aux premiers rayons le pays entier est dans les rues et les parcs.
 

  • Avez-vous observé des différences entre l’enseignement supérieur français et l’enseignement supérieur du pays d’accueil ?

Les cours sont bien moins consistants et moins longs, les cours magistraux durent seulement deux heures mais il y a les “readings” c’est-à-dire que les profs nous donnent énormément de doctrine à lire qui constitue la plus grande majorité du travail. J’avais une seule matière à TD (1 heure toutes les deux semaines) mais ils servent principalement à compléter et mieux comprendre le cours en tant qu’étudiant étrangers. Certains examens sont à la maison avec des longues dissertations qui constituent un pourcentage de la note mais pour ma part sur 12 matières, 11 d’entre elles avaient un examen final sur table dans le centre d’examen. Les cours sont néanmoins moins stressants mais en tant qu’étudiant étranger le travail est compensé par le fait que travailler en anglais soit plus fatigant.

  • Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ?

La principale difficulté que j’ai rencontrée est que j’ai dû au premier semestre rentrer en urgence à Nice et a fortiori j’ai loupé des examens. Mais le système administratif est très bien organisé et l’équipe m’a accompagné pour toutes mes démarches, il y a un formulaire prévu pour les circonstances exceptionnelles qui doivent être ensuite validé par la commission. Après la validation j’ai donc pu passer mes examens en session 1 qui ne me pénalise pas. La vie en collocation a également pu être un problème notamment en matière d’hygiène mais l’expérience en collocation reste globalement enrichissante.
 

  • Quels ont été les apports de cette mobilité sur votre projet académique et/ou professionnel ?  Sur le plan personnel ? 

J’ai pu beaucoup mieux comprendre les systèmes de common law et mes progrès en anglais seront un atout considérable pour ma future carrière. Sur le plan personnel, les personnes que j’ai pu rencontrer et les expériences que j’ai pu vivre seront à jamais gravé dans ma mémoire. De plus, partir seule renforce le courage et la confiance en soi.
 

  • Quels conseils donneriez-vous aux autres étudiants et étudiantes de Nice intéressé.e.s par la même mobilité que vous ? 

Le meilleur conseil pour se préparer est de se renseigner sur le pays, l’école, la ville et surtout ne pas hésiter à poser des questions pour réussir à se projeter un peu plus, il est assez stressant de partir et il y aura des moments moins roses mais il ne faut pas hésiter à demander de l’aide autour de soi.
 

  • Quel est votre meilleur souvenir ?

Mon meilleur souvenir est probablement le très célèbre Saint Patrick’s Day, les cours sont banalisés et le pays entier fait la fête dans les rues, il y a une parade géante, tout le monde est déguisé. L’ambiance est géniale et très fraternelle.

 

Propos recueillis en juin 2024 par Maria Eugenia ALVAREZ responsable du service des relations internationales de la Faculté de droit et science politique